La presse récente fait état d’une nouvelle pratique, plutôt originale, utilisée par les riverains des communes périphériques, pour éviter que leurs sacs poubelles soient éventrés par les renards. Ainsi, pour éviter de laisser leurs ordures à la portée de ces animaux, les sacs poubelles sont suspendus en hauteur, accrochés aux arbres. Certains quartiers, et plus particulièrement ceux à proximité des bois, souffrent de la présence de renards, de pies, de corneilles et d’autres animaux errants, à la source d’une certaine insalubrité publique. Les sacs poubelles sont en effet déchirés et les détritus versés sur le sol, obligeant dans certaines circonstances, les services de propreté à organiser un passage de nettoiement des trottoirs et voiries, après le ramassage des déchets. Les citoyens s’organisent, peut-être, face à l’inadéquation des dispositifs proposés par Bruxelles-Propreté.

De votre coté Madame la ministre, vous annonciez que pour les communes touchées par le phénomène, l’agence de Bruxelles-Propreté mettait en place différents dispositifs. L’agence proposant, tout d’abord, via une centrale de marché des conteneurs à destination des communes qui peuvent ensuite les distribuer comme bon leur semble. Egalement, l’agence de Bruxelles-Propreté distribue gratuitement dans le cadre de projets pilotes des collectes organiques des conteneurs de 30 litres pour les ménages qui le désirent. La conteneurisation semble être la principale solution retenue. Pourtant, aujourd’hui face à la créativité de certains riverains pour lutter contre ces nuisances, je ne peux m’empêcher de m’interroger sur le recours aux dispositifs mis en place par Bruxelles-Propreté, leur succès et surtout les circonstances où ceux-ci s’avèrent inapproprié, par manque de place par exemple.

Selon votre cabinet, pour répondre à cette problématique, il n’y aura pas de modification des horaires des tournées pour les passer en soirée, préconisant le recours, pour les communes impactées (Woluwe-Saint-Lambert, Woluwe-Saint-Pierre, Auderghem,…), à des poubelles rigides. Les nuisances causées par les renards, les corbeilles et les pies ne se limitent néanmoins pas à ces trois communes précitées et il est probable que d’autres communes de la Région connaissent cette situation ; ce qui m’amène à m’interroger sur l’évaluation du dispositif des poubelles rigides.

Madame la Secrétaire d’État, mes questions sont les suivantes :

  • Aujourd’hui, via « Bruxelles-Propreté », combien de poubelles rigides ont été commandées par les communes en vue de répondre à la problématique des nuisances causées par les renards, pies et corneilles ? Le dispositif fait-il l’objet d’une évaluation de la part de Bruxelles-Propreté ?
  • Comment les communes et l’agence de Bruxelles-Propreté ont réalisé la communication du dispositif auprès des citoyens des communes concernées ? Des initiatives citoyennes pourraient-elles être encouragées par Bruxelles-Propreté pour permettre l’émergence de dispositif encadré permettant de pallier la problématique ?
  • Est-ce qu’au regard de la difficulté à contrer ce problème des adaptations du dispositif des poubelles rigides sont elles à l’ordre du jour notamment en modifiant les modalités de distribution aux communes ? Egalement, certains quartiers et lotissements sont difficilement accessibles pour les camions poubelles ou pour l’installation de poubelles rigides. Des points de collecte ou des containers partagés sont-ils alors mis en place, sous quelles conditions et à quel coût ?

 

Découvrez : 

Le compte rendu des débats